Les applications sont nocives pour l’environnement: vrai ou faux ?


High-tech / samedi, novembre 9th, 2019

Avec l’essor incessant de la nouvelle technologie et l’apparition constante de nouveaux systèmes et de nouvelles applications, de nombreux avantages sont au rendez-vous. Cependant, les produits high-tech n’excluent pas leur lot d’inconvénients. Ces inconvénients peuvent s’agir notamment des effets néfastes pour la batterie du téléphone, et par conséquent, pour l’environnement.

Les effets insoupçonnés de certaines applications

Il existe en effet un certain nombre d’applications qui agressent plus particulièrement la batterie du téléphone. Beaucoup l’ignore encore, mais la durabilité de la batterie et donc de l’autonomie d’un téléphone sont en partie impactée par les applications qui s’y trouvent. Et comme on le sait, les batteries des téléphones émettent des ondes et des gaz qui ne sont pas bons pour l’atmosphère. Plus une batterie s’use rapidement, et plus le taux d’émission d’ondes négatifs dans l’environnement est important. Dans ce sens, les navigateurs web et les réseaux sociaux trustent le haut du classement.
Une étude menée par Greenspector et Atos, deux entités opérant dans le suivi de la dégradation de l’environnement, révèle la consommation d’énergie des 30 applications les plus populaires. Parmi ces dernières, il s’avère donc que les applis de navigation web et les réseaux sociaux consomment beaucoup plus que toutes les autres applications. La palme de l’application la plus vorace revient donc à Tik Tok, le célèbre réseau de partage vidéo qui fait un connait actuellement un grand succès auprès des jeunes notamment en Amérique.
Le navigateur web Opera et le réseau social Twitter figurent aussi parmi les installations pointées du doigt par Greenspectator et Atos. Il se trouve que les jeux comme Clash of Clans et Candy Crush ne font pas partie du top 10 bien qu’ils sollicitent considérablement la luminosité et le son des téléphones. De leur côté, Facebook et Instagram occupent respectivement la 10ème et la 12ème position parmi les applications qui affectent le plus la batterie. Netflix apparait à la 15ème place, suivi de près par Snapchat et YouTube et Messenger.
Dans leur étude, Greenspector et Atos précisent également que le secteur numérique totalise environ 8% des émissions de gaz à effet de serre à l’échelle mondiale d’ici à 2025, soit l’équivalent de l’émission de la totalité des véhicules légers de la planète !